Les programmes de médiation participative

“Donner une place aux sans-parts dans l’espace démocratique" (Jacques Rancière)

En Suisse, la médiation culturelle s’est solidement implantée durant les deux dernières décennies, de manière institutionnelle mais également comme un champ professionnel avec des profils et des discours distincts. Elle fait l’objet de formations, de recherches et s’est constituée comme corps professionnel représenté par une association nationale dont fait pleinement partie la fondation Ton sur Ton. La médiation culturelle s’inscrit dans un contexte politique multiple : social, culturel, urbain. Dès le départ, elle se situe dans un champ de tensions entre l’idée d’une éducation à l’esthétique et une vision émancipatrice. Elle pose également comme objectif de lutter contre l’exclusion d’un certain nombre de publics à l’art et à la culture, cet objectif n’étant que rarement atteint.