top of page
Clément Grin

© Marc Papotto

Clément Grin

Batterie

1. Enfant, je rêvais d’être musicien, de jouer sur scène, d’avoir une grosse batterie et de conduire des camions. J’ai rêvé aussi des gens avec qui je souhaitais jouer. J’ai pu réaliser la plupart de mes rêves, mais j’en nourris encore. C’est ce qui me fait avancer.
2. Je suis né à Yverdon-les-Bains dans une famille musicienne et j’ai 31 ans. J’ai découvert la musique grâce à Henri Dès. Plus tard, on m’a fait découvrir le jazz, mais c’est vers le rock, la musique alternative et les musiques improvisées que je me suis dirigé quand j’avais 12 ans. Malgré mes super professeurs de batterie, j’étais un très mauvais élève, je ne faisais pas ce qu’ils voulaient. Je suis de nature autodidacte, mais cela ne m’a pas empêché d’effectuer l’EJMA puis d’obtenir un Master à la Haute École de Jazz de Lausanne en batterie et composition jazz. Je navigue entre le rock, le jazz et les musiques expérimentales à travers la Suisse, l’Europe et ailleurs. Mon groupe Monument est sur le label chaux-de-fonnier Humus Records. J’évolue aussi dans le projet DOWN avec la danseuse Mélissa Guex, ainsi que dans Hold, Duo Sonore et avec d’autres musicien.nes en Suisse.
3. L’enseignement m’apporte beaucoup de joie et de bonheur. J’aime partager mon amour pour la batterie et la musique avec mes élèves. C’est incroyable de découvrir de nouveaux profils, de nouvelles manières de jouer ou de ressentir la musique. Chaque élève est unique. J’aime découvrir et apprendre d’eux, c’est ce qui m’intéresse. J’adore aussi échanger, parler foot, musique, jeux vidéo, mangas, faire des blagues, leur faire découvrir des artistes et écouter ce qu’ils écoutent. Alors je suis impatient de taper fort, d’improviser, de composer avec des nouvelles têtes!
Ton sur Ton représente la créativité ainsi que la liberté musicale et pédagogique. Ce sont des valeurs qui me sont chères et très importantes. Ici, tout passe par le plaisir et le ressenti de l’élève, il est alors facile de s’adapter et de créer un cours unique. L’école propose un contenu très varié et une approche pluridisciplinaire. C’est aussi l’occasion d’être au plus proche de la musique de la ville où j’habite.
4. Quand je ne suis pas à Ton sur Ton, je pratique ma batterie et je donne des concerts, parfois même en Chine et au Japon. Les cartes Magic me prennent du temps également ! Je me passionne pour la photo argentique alors mon appareil photo est souvent avec moi, prêt à photographier des concerts ou des gens. Mais à vrai dire, les jeux vidéo me passionnent et j’y joue beaucoup. Et dans tout ça, j’essaie d’être le plus curieux possible avec les sorties musicales actuelles ou certaines plus anciennes. Alors évidemment, j’écoute énormément de musique. Ah… et une belle contrebasse trône dans mon salon.

bottom of page