Christophe Studer

© Patrice Schreyer

Christophe Studer

Piano / Claviers

1. Enfant tu rêvais de...
Enfant j’attendais chaque orage et rêvais de capter un éclair, après avoir accroché une pelle à la cime du sapin du jardin de mes parents. Une collection de vielles batteries auto patiemment récoltées, et posées au pied de l’arbre devait conserver l’énergie afin de nous éclairer tous les soirs de l’année.

2. Ton parcours en quelques mots...
Basketteur jusqu’à 15 ans, c’est un problème à un genoux qui m’a fait arrêter le sport élite et m’a invité à entrer dans le monde de la musique. Un BAC scientifique en poche, j’ai vite troqué une carrière de physicien à l’uni contre une vie de musicien, et suis parti à l’école de Jazz de Montreux en classe du pianiste Thierry Lang. Mon diplôme en poche, et brièvement de retour en terres neuchâteloises j’ai cofondé avec mon pote Julien Revilloud Ton sur Ton avant de m'installer à Berlin. J’y ai débuté des études de management culturel, qui se sont poursuivies ensuite à l’EPFL en gestion culturelle, avant de se terminer par une formation de médiateur culturel à La Manufacture de Lausanne.

3. Que t’apporte l’enseignement? Et pourquoi Ton sur Ton?
Enseigner est une véritable source de richesse. De nos jours, pouvoir passer 40 minutes chaque semaine "tout seul" avec un·e élève dans 10 mètres carrés, et parfois durant des années est humainement un sacré luxe! En tant que professeur, j’ai cette chance de participer à l’évolution musicale de l’élève, mais aussi de voir se dérouler semaine après semaine son parcours de vie. J’ai aussi l'opportunité incommensurable de découvrir, grâce aux morceaux qu’ils·elles m’amènent pour être repiqués: toutes les «daubes» pop commerciales de chaque saison…., et me dire que je deviens vraiment un vieux con.-)! Ton sur Ton, ben c’est quand même un beau bébé, une école qui devait être insignifiante mais qui, deux décennies plus tard est devenue une vraie histoire de vie.

4. Et quand tu n’es pas à Ton sur Ton?
Quand je ne suis pas à Ton sur Ton, je suis papa de trois filles, conjoint de la danseuse Eléonore Richard. Ensemble, on nous trouvera à cultiver les terres de notre jardin, à y inviter ami·e·s pour les sustenter, grimper, escalader, voyager. Je reste aussi actif dans les champs culturels comme membres des faitières nationales et européennes: SONART, SWISS JAZZ DIAGONALES JAZZ et CARAVAN CIRCUS.