Virginie Beraldo

© Makenna Art & Design

Virginie Beraldo

Danse Afro-brésilienne

1. Enfant tu rêvais de...
Danser, danser et encore danser ! De virevolter jusqu’à m’envoler, si possible vers des contrées chaudes et colorées. Et puis d’amener mon grain de sable dans la construction d’un monde un peu plus doux et humain.

2. Ton parcours en quelques mots...
Depuis très jeune, je danse dans l’école de mon village d’origine, où je me forme en modern-jazz. C’est le temps des premiers spectacles, des premières paillettes et étoiles dans les yeux.
J’ai la chance d’y exercer également en tant que monitrice, tout au long de mes études. Terminé ma formation en Lettres et Sciences humaines à l’Université de Neuchâtel, je mets le cap sur Barcelone, ville qui m’accueillera pendant 12 ans et où je recevrai ma réelle formation en « sciences humaines ». Pont de rencontres interculturelles, j'y goute de nouvelles danses, saveurs et j’exerce dans la communication. Puis, vient ma rencontre avec le Brésil, ses rythmes et tambours, qui aussi lointains paraissent-ils, me reconduisent à moi-même, à ce qui a réellement du sens pour moi. A mes rêves.
A mon retour, j'entreprends donc une formation en Danse Mouvement Thérapie à l’Université Autonome de Barcelone, qui va totalement changer ma perception et conscience du corps, du mouvement, des relations et de la vie en général. De retour dans mon pays natal, je conjugue l’enseignement de la danse créative et afro-brésilienne, avec des ateliers de Danse Mouvement Thérapie.

3. Que t’apporte l’enseignement? Et pourquoi Ton sur Ton?
L'enseignement est avant tout pour moi une rencontre humaine, un échange interpersonnel qui me permet un constant apprentissage et une continuelle remise en question, qui me pousse à explorer et créer de nouveaux chemins, qui m’invite à jouer et à m'encrer dans le moment présent.
Je craque sur Ton Sur Ton pour sa pluri et inter-disciplinarité, pour son caractère humain et inclusif.

4. Et quand tu n’es pas à Ton sur Ton?
J'exerce en tant que danse mouvement thérapeute, j'enseigne dans d'autres écoles de danse de la région et maintiens également un lien avec le domaine de l'éducation. Car c’est à mon avis là où doit intervenir la créativité et le mouvement, pour un apprentissage plus intégré, durable et sensé. Et puis je n’en finis pas de rêver du Brésil…