Catherine Dethy

Contemporain / Classique

1. Enfant tu rêvais de…
Du plus loin que je m’en souvienne… je rêvais de voyager, de danser…
depuis toute petite, j’ai eu la chance d’aller voir des spectacles de danse, de musique, de cirque…
le désir d’apprendre à danser, un rêve d’enfant qui en grandissant m’a permis d’en faire mon métier, une passion qui m’habite encore à ce jour…

2. Ton parcours en quelques mots…
Bruxelles
Après une année de rythmique à l’école Jacques Dalcroze,
5 ans au Conservatoire du Théâtre Royal de la Monnaie sous la direction de Maurice Béjart
7 ans au Ballet du XXième siècle, chorégraphe Maurice Béjart
création mondiale d’un pas de deux «Life» avec Jean Babilée, à New-York
participe à un gala d’artistes pour y danser «Serait-ce la mort» avec Jorge Donn, à Hambourg
crée de films d’improvisation avec le sculpteur, peintre, photographe, plasticien, vidéaste…André Mees
participe en tant que mannequin à des défilés de mode

1 an au Ballet de Toscane à Firenze, Italie
1 an à la Cie de Dança de Lisboa, Portugal
divers projets avec la chorégraphe Denise Lampart, à Zürich
14 années à Sinopia ensemble de danse, avec les chorégraphes et danseurs, Etienne Frey et Jean-Claude Pavailli, à La Chaux-de-Fonds
reçoit le prix «Anna Pavlova» décerné par Antoine Livio, à Kiev Ukraine
le prix de la «Maîtrise artistique» lors d’un concours international de chorégraphie, à la Havanne, Cuba
participe à de nombreux stages de danse contemporaine, classique, de Body Mind…en Suisse, à Barcelone, à Bruxelles, à Paris…
dont un de Bûto avec le chorégraphe Ushio Amagastu de la Cie Sankai Juku
forme le duo «L’ossature des choses» à la Cie des Autres avec le poète, performer, journaliste, Alexandre Caldara
donnons ensemble des stages d’improvisation «Danse des mots», voix et mouvements
enseigne depuis plusieurs années, des cours de danse classique et de danse contemporaine
à Espace Danse, Cendrine Cabrera-Joseph, à Yverdon-les-Bains,
à Danse Equilibre, Natalie Francon, à Neuchâtel
école devenue à ce jour, Ton sur Ton, Christophe Studer

3. Que t’apporte l’enseignement?
L’enseignement m’apporte vraiment beaucoup, le don de soi, la transmission de cet art de la danse à toutes les générations confondues,
une remise en questions quotidienne, un épanouissement certain...
Le plaisir irrésistible de partager avec petits et grands la joie de danser

Et pourquoi Ton sur Ton?
parce que c’est une école pluridisciplinaire, dynamique dans la région, ouverte à tous et toutes, à découvrir sans modération!

4. Et quand tu n’es pas à Ton sur Ton…
aime lire pour continuer à nourrir l’esprit…
le journal en dégustant un express chez Woddey Suchard accompagné d’un délicieux chocolat
voir des expositions, des spectacles de danse, de musique, de théâtre...
des concerts de musiques contemporaine, rock, classique…
découvrir des chemins inconnus dans la nature, dans les villes…
voir mes ami(e)s...