Garance La Fata

© Anna Popek

Enfant tu rêvais de...

Je rêvais d’être ambulancière et d’aider les autres. 

 

Ton parcours en quelques mots...


Pendant longtemps mon cœur balançait entre devenir avocate ou comédienne. J’ai passé mon BAC en économie et droit mais la flamme ne s’est pas suffisamment allumée pour continuer dans cette voie. J’ai donc passé des auditions pour des écoles de théâtre et j’ai été prise chez Serge Martin à Genève où j’ai fait trois ans de cours. À la sortie j’ai directement commencé à jouer dans des projets très variés en Suisse Romande.

Que t’apporte l’enseignement? Et pourquoi Ton sur Ton?


J’apprends encore beaucoup en enseignant aux élèves. Il y a un vrai échange qui se fait et c’est très enrichissant. Ça me permet aussi de sortir un peu de ma zone de confort. On doit accepter de vivre l’instant et tout ne se passe pas toujours comme prévu. Ton sur Ton est une école dynamique, innovante et ouverte à toutes et à tous. Cette ouverture d’esprit fait du bien! On a envie de créer ici.

Et quand tu n’es pas à Ton sur Ton?

Je joue, je créer des spectacles avec ma compagnie de théâtre, je lance des projets axés sur la migration et tente de nouvelles choses.